Communication et intelligence collective axelmage

L’évolution du travail dans les entreprises place au coeur des préoccupations : la communication et la coordination entre des services qui se décloisonnent progressivement, des collaborateurs qui croisent leurs compétences de manière plus fréquente, se regroupent temporairement au sein d’équipes projets puis s’éloignent à nouveau ou occupent plusieurs fonctions dans l’entreprise : parfois transversales ici et d’expertise là.

Dessin en réunion de travail et dessin de communication

Ce sont deux utilisations du dessin qui s’opposent :

D’un côté, le dessin à posteriori, qui décrit, explique, soutient un sujet et sa communication

De l’autre, le dessin en direct, qui favorise la pensée en train de s’élaborer.

Bien souvent les deux usages sont mal distingués.

  • Le premier est par essence un produit fini, souvent l’objet d’aller et retours entre une personne qui produit les idées et une autre qui les représente.
  • Le second est un produit en évolution, qui est le fruit d’une personne qui structure en direct l’information, telle qu’elle la comprend et sert ainsi de miroir et de source de réflexion imagée à un public au travail.

Axelmage accompagne avec le dessin, les entreprises dans ces mutations, avec 2 axes différents:

  • le dessin en direct, très souvent associé au travail en intelligence collective, parce qu’il permet de capter rapidement les échanges et les idées, dans le temps où elles voient le jour, et d’offrir une vision globale rapide des contenus produits.
  • en distinction avec premier, le dessin « à postériori » où la forme adéquate pour traduire un contenu est réfléchie plus longuement, et qui se prête bien à un travail de communication interne ou externe ou à un travail d’investigation et de résolution de problèmes.

Communication visuelle par le dessin

En dehors du dessin en direct, qu’Axelmage propose sous la forme du scribing, du sketchnoting ou de la facilitation graphique, voici d’autres situations (la liste n’est pas exhaustive) où nous proposons d’utiliser le dessin:

  • dessiner pour présenter une activité
  • dessiner pour résoudre un problème de productivité,
  • dessiner pour donner une vue d’ensemble d’un sujet complexe,
  • dessiner pour visualiser une grande quantité de données,
  • dessiner pour rendre accessibles des sujets austères.

1- DESSINER POUR PRESENTER UNE ACTIVITE

Présenter son activité de manière engageante et frappante pour les esprits est difficile à faire à travers un power point ou à travers le discours oral seul (le canal de communication préféré par la majorité des personnes est le canal visuel).

Le support visuel, surtout lorsqu’il est imprimé sur de grands formats, et quand il ordonne l’information et la raconte sous forme d’histoire, est un facteur très efficace de communication visuelle.

Ci-dessous: un exemple de 6 panneaux de 2m de long par 1m20 de haut, réalisés par Axelmage pour l’entreprise FOLLOMEE.

2- DESSINER POUR RESOUDRE UN PROBLEME DE PRODUCTIVITE

Le dessin est particulièrement adapté pour la figuration des enchainements d’actions présents dans toute activité professionnelle.

Les démarches de lean management utilisent déjà comme représentation visuelle: la cartographie des flux d’informations et de matériaux, pour repérer la manière dont un process peut être amélioré (dans l’industrie en particulier).

Mais ce mode de représentation a 2 limites qui sont:

  • Il manque des informations pour décrire une action individuelle ou collective (les acteurs, les moyens, l’analyse faite pour passer d’une étape à une autre,…)
  • le mode de représentation sous forme de diagrammes est trop abstrait et ne permet pas un partage large de l’analyse.

Pour avoir vraiment un outil complet et plus largement exploitable, Axelmage déploie la méthode suivante:

une enquête portant sur les actions des acteurs impliqués dans le processus à analyser. Cette enquête, à partir du moment où elle porte sur la verbalisation de l’action, doit utiliser un type de questionnement spécifique mis au point par le chercheur Pierre Vermersch: l’entretien d’explicitation de l’action.

la représentation ensuite utilisée pour cartographier l’ensemble des actions individuelles et collectives recueillie utilise des modes de représentation a mi-chemin entre la cartographie et la bande dessinée.

L’exemple ci-dessous décrit la suite des actions réalisées pour exécuter un projet et met en évidence les endroit où il y a soit un ralentissement du travail du à des retours en arrière ou à une concentration d’actions sur un petit nombre de personnes.

Cartographier flux autrement axelmage

3- DESSINER POUR DONNER UNE VUE D'ENSEMBLE D'UN SUJET COMPLEXE

Le dessin est également particulièrement adapté dès lors qu’il s’agit de donner une vision d’ensemble d’un sujet complexe. Il est en effet, plus facile de décrire la complexité sous une forme visuelle que dans un registre verbal. 

Axelmage utilise notamment un mode de représentation visuelle qui s’apparente à une frise historique, enrichie de dessins, pour figurer la rétrospective d’une démarche engagée sur plusieurs années, avec des acteurs et des implications multiples.

Il s’agissait de représenter sur une même frise: l’évolution d’une offre de la CCI au fil des ans, et les évolutions associées dans la posture des conseillers et dans le rapport aux clients, avec un rappel parallèle des éléments de contexte associés.

Cette frise a servi d’introduction à un atelier collaboratif pour permettre aux participants d’avoir une vision globale de l’offre de service sur laquelle ils devaient travailler.

Communication intelligence collective axelmage

4- DESSINER POUR VISUALISER UNE GRANDE QUANTITE DE DONNEES

La représentation visuelle de données porte le nom de dataviz.

Axelmage a développé une forme particulière de datavisualisation qui prend en compte des données de type verbatims (= commentaires libres) plus difficiles à représenter que des données chiffrées ou des données de type mot et expressions isolées.

Par ailleurs les modes de représentations utilisés la plupart du temps pour figurer des données sont des formes de diagrammes et de graphes issus des mathématiques. En somme, des représentations assez abstraites.

Axelmage utilise au contraire les techniques de la facilitation graphique pour réaliser des datavisualisations de verbatims, par le dessin.

La datavisualisation (dataviz pour les intimes) , mot à mot :  » visualisation de données  » est l’art de visualiser des éléments statistiques et plus largement de transformer les éléments d’un tableau excel en représentation visuelle.

C’est une pratique très ancienne, dont vous connaissez certainement quelques exemples: le camembert, les graphiques en tous genres, sont des formes de datavisualisation (assez limitées puisque représentant guère plus de 3 types de données en même temps, et parfois assez peu lisibles pour le grand public.)

exemple de datavisualisation de verbatims

Une entreprise de distribution française a décidé de faire travailler l’ensemble de ses collaborateurs sur la définition de la vision à 10 ans de l’entreprise.

La problématique venait de la quantité d’informations à collecter et modéliser. En effet, compte tenu du nombre de participants engagés dans la définition de cette vision d’entreprise, le nombre d’idées, de commentaires, d’envies se rapportant à cette vision représentait un nombre considérable de données difficiles à synthétiser par leur nature (idées).

En parallèle d’un travail d’extraction de données compilées sous forme informatique par une société spécialisée, Axelmage a mené un travail de datavisualisation des verbatims.

L’enjeu pour Axelmage était donc de faire un travail exactement inverse à celui d’une mindmap (où on part de l’idée centrale pour la décliner en arborescence) en partant au contraire des extrémités de l’arborescence pour revenir aux 4 idées centrales, qui forment le coeur de la vision.

Datavisualisation verbatims axelmage

5- DESSINER POUR RENDRE ACCESSIBLES DES SUJETS AUSTERES

Le dessin d’humour en direct est une forme de rapport d’étonnement, un moyen de mettre l’accent sur des éléments de langage qu’on ne questionne plus, des attitudes en contradiction avec des propos, ou encore une situation très sérieuse en l’abordant sous un angle différent.