Blog... de la visualisation des idées, et autres partages

Raconter des histoire en images : un levier de productivité

Perception et imagination sont la même activité cérébrale

Nathan Yau dans son livre :  » Datavisualisation, de l’extraction de données à leur représentation graphique « , nous dit en introduction, que la visualisation est un excellent moyen d’explorer et de comprendre un large ensemble de données.

En effet, si on dispose des chiffres visuellement dans un espace et qu’on laisse les personnes les regarder. Elles vont rapidement chercher à faire des liens entre eux et à créer des connexions et des modèles pour donner du sens à cet assemblage.

Chiffres
organisation spatiale de chiffres

Car la perception visuelle et la création d’images mentales (mémoire ou imagination) fonctionnent dans le cerveau sensiblement sur le même mode. C’est une découverte que la neuro-imagerie a permis en enregistrant l’activité cérébrale d’une personne en train de réaliser une tâche d’imagerie mentale et en la comparant avec l’activité cérébrale d’une personne en train de réaliser une tâche de perception visuelle.

Les zones cérébrales activées par les deux types d’actions (voir / se souvenir ou imaginer) sont à peu près les mêmes !

Tout se passe comme si l’imagination visuelle était une perception simulée, nous dit Marc Jeannerod, fondateur de l’institut des sciences cognitives.

Nous pensons en histoires...

Par ailleurs, notre cerveau passe son temps à fabriquer des histoires qui relient et donnent du sens à ce qu’il perçoit. Selon le mot du neuro scientifique Mickaël Gazzaniga : « notre cerveau utilise ce qu’il a sous la main et improvise le reste ».

C’est le principe sur lequel se fonde le jeu de dés créatif STORY CUBES: sur les 6 faces de chaque dé, sont représentés des symboles graphiques faciles à comprendre. Le jeu consiste à lancer les dé, et à partir des images qui apparaissent sur les faces des dés, de construire très rapidement une histoire qui les relie et leur donne du sens.

Voici un exemple de tirage ci-contre, et ci-dessous: l’histoire qui peut en résulter.

La perception des images dessinées fait place à la construction d’une histoire imaginaire globale qui les relie et les mêle à des images mentales. (Dans le dessin ci-dessous, les images correspondant aux faces des dés sont cochées et les images mentales ajoutées sont en orange.)

Story cubes
Exemple d'histoire en images tirée de story cubes

Quel intérêt ces constatations ont elles pour le domaine de l'accompagnement visuel ?

Tout d’abord, représenter visuellement est un média très utile dès lors qu’à partir de données visuelles éparses, on veut créer une image nouvelle. Les techniques stimulant la créativité et l’imagination le savent bien:

  • le mur d’inspiration où figurent des images juxtaposées a pour finalité de susciter de nouvelles idées par association.
  • le collage qui assemble des morceaux d’images pour en créer une globale, a la propriété de révéler un imaginaire subconscient utile à l’exploration de nouvelles formes et solutions.
  • le cadavre exquis en images, qui associe, par hasard, des fragments d’images et laisse l’imagination en faire un tout.

Plus les images sont différentes en style et en nature, les unes des autres, plus le cerveau va faire appel à l’imaginaire pour inventer l’histoire qui donne du sens à leur juxtaposition.

Donc, quand, à l’inverse de susciter l’imaginaire, c’est plutôt au cortex cérébral qu’on s’adresse, et que l’on cherche à guider la réflexion des personnes vers un résultat précis, il importe de rendre cohérents les aspects physiques de ces images pour limiter le champ de l’interprétation et guider l’oeil vers une lecture particulière de l’image. Par exemple: conserver les mêmes couleurs pour repérer les mêmes familles d’idées ou dessiner les personnages de la même façon (à moins que les dessiner différemment ait du sens).

C’est en particulier le cas pour un travail de traduction graphique de documents écrits, dans un contexte d’entreprise (bien sûr, dans le domaine de l’illustration de romans ou de livres pour enfants, il n’y a aucune nécessité à être aussi didactique.)