Facilitation graphique

Qu'est-ce que la facilitation graphique et pourquoi est-ce d'actualité ?

21 mars 2019 mis à jour en 2022
Qu'est-ce que la facilitation graphique et pourquoi est-ce d'actualité ?

La facilitation graphique est une pratique d'origine anglosaxone (définition en anglais de la facilitation graphique) qui fait appel à la pensée visuelle. Elle est d'actualité car l'utilisation du visuel comme média de travail et de communication se développe de plus en plus.

La facilitation graphique n’est pas un art mais consiste à représenter en dessin les idées d’un groupe au travail sous la forme d’un grand visuel visible par tous les participants. Elle est au service des réflexions d’un groupe dont elle produit une vision commune.

Le facilitateur graphique structure les informations visuellement par des dessins et des mots que ce soit pour prendre des notes en direct ou pour d’autres usages, détaillés plus loin.

Facilitation : la définition de David Sibbet

Tout d'abord il est nécessaire de préciser de quelle facilitation on parle : la facilitation est un métier qui consiste à accompagner les groupes en intelligence collective. La facilitation graphique est une pratique différente. David Sibbet, fondateur du cabinet The Grove Consulting et précurseur de la facilitation graphique la définit ainsi :

La facilitation graphique est un style interactif de conduite de groupe qui utilise des dessins de grande dimension réalisés sur papier ou en version digitale.

Quelques points importants à retenir dans cette définition :

  • La facilitation graphique s’utilise principalement dans un contexte de conduite de groupe c’est-à-dire un contexte de réunion, séminaire, groupe de travail, ou autre dans lequel un groupe est conduit vers un objectif de travail. En effet, la facilitation graphique est née avec la facilitation (tout court) qui est l’art de guider le processus de travail d’un groupe animé en intelligence collective pour lui permettre d’atteindre l’objectif qu’il poursuit. Premier point donc, la facilitation graphique va de pair avec des réunions collaboratives ou participatives et s’emploie principalement dans ce cadre.
  • Second élément important de la définition de David Sibbet : les termes style interactif : en effet, la facilitation graphique n’est pas destinée à produire un dessin décoratif ni à être une activité strictement évènementielle. Elle suppose pour révéler tout son intérêt, que le facilitateur graphique ait une interaction avec le groupe de travail qu’il accompagne. Interaction qui peut prendre plusieurs formes : il questionne ce qu’il entend pour vérifier son degré de compréhension des idées du groupe (en particulier quand elles sont complexes, ou techniques ou compréhensibles uniquement par les initiés, il propose plusieurs manières de représenter possibles en fonction de ce qu’il entend, il propose des métaphores visuelles et s’assure que ce sont celles qui vont parler au groupe, enfin à la fin du temps de travail du groupe il présente sa restitution visuelle en expliquant comment elle est construite et en balayant les contenus rapidement pour en faciliter l’ancrage mémoriel. Second point donc : la facilitation graphique est une pratique interactive au service du travail d’un groupe.
  • Dernier point important de la définition de David Sibbet, les termes : dessins de grande dimension. La taille des dessins (plusieurs mètres de long pour une intervention en facilitation graphique d’une journée) est en effet déterminante pour un groupe qui peut se réunir devant, s’immerger dans la représentation, et surtout qui a une vision d’ensemble de ce qui s’est dit et fait dans le temps de la réunion.
  • Enfin David Sibbet évoque dans sa définition le fait que la facilitation graphique puisse avoir lieu sous des formats différents : soit papier (ou carton) pour des réunions en présentiel, soit digital pour des réunions à distance.

La facilitation graphique en réunion : comment cela se passe ?

definition-facilitation-graphique-extrait-fresque

Pendant une réunion, la facilitation graphique peut être de deux types :

Le premier consiste à restituer visuellement le contenu des échanges entre les participants avec un mélange de mots et d’images dessinés, c’est le scribing ou graphic recording, ou live sketching ou dessin en direct. Concrètement, dans l’espace de la réunion est aménagée une surface verticale (papier ou carton plume)sur laquelle le facilitateur graphique va réaliser au feutre une fresque dessinée à partir des échanges des participants, qu’il entend et retranscrit en dessin. Dans ce cas, le facilitateur graphique est bien entendu assujéti à la politique de confidentialité des clients dont il représente les idées.

La seconde forme que prend la facilitation graphique en réunion, moins connue mais non moins importante, consiste à collaborer avec le facilitateur d’une réunion collaborative ou participative pour créer avant celle-ci des templates visuels. Les templates visuels (mots anglais communément employé dans le milieu des facilitateurs graphiques) sont des supports visuels créés à l’avance, sur mesure en fonction d’un déroulé de réunion. Ils distribués et utilisés par les participants pendant la réunion et sont destinés à recueillir, structurer et valoriser les idées des participants du groupe.

Le facilitateur graphique

Le facilitateur graphique a plusieurs rôles :

En amont de la réunion, il est un consultant expert de la facilitation graphique. A ce titre il écoute le besoin du client , le conseille, voire le met en garde en fonction des usages et bénéfices qu'il imagine dans l'utilisation de la facilitation graphique.

Il peut être inclus dans une équipe d'intervenants pluridisciplinaires : coachs, facilitateurs de l'intelligence collective, animateurs, équipe de tournage...Dans ce cas, il s'assure de combiner sa prestation avec celle des autres intervenants.

En réunion, il doit beaucoup écouter et rester fidèle à ce qui se dit pour capter et dessiner en direct les informations entendues en les structurant, ou bien pour créer des supports visuels au fur et à mesure des besoins du groupe.

La capacité à faire plusieurs choses à la fois (notamment écouter, mémoriser une grande quantité de contenus et les représenter en même temps) est indispensable tout comme des aptitudes au dessin mais surtout une grande capacité à suivre mentalement la construction logique d'un propos et à être capable d'en rendre compte.

Pour plus d'information sur la formation de facilitateur graphique : Devenir facilitateur graphique.

Quels sont les bénéfices de la facilitation graphique ?

Le visuel a toute sa place dans les organisations. En effet, l’essor du management visuel notamment dans le domaine de la qualité pour rendre plus performants les processus de travail a montré l’intérêt de passer par ce mode de communication.

Cependant la facilitation graphique ne se limite pas à la communication dessinée. Comme on l’a vu plus haut dans la définition donnée par David Sibbet : la dimension interactive, collaborative et la taille des visuels finaux sont des critères déterminants dans l’intérêt que la facilitation graphique peut avoir pour des organisations.

La facilitation graphique permet d’appréhender globalement les sujets pour mieux décider.           

Le dessin est par nature, synthétique (l’expression: « une image vaut mille mots » le résume bien). La collecte des échanges des participants autour d’un sujet à travers une fresque de facilitation graphique, visible de tous, permet de donner à tous les participants, une perception globale et commune des idées échangées, du chemin parcouru, permettant de prendre des décisions plus rapides.

A la date où j’écris ce post, après dix ans d’expérience, je pense que le bénéfice le plus grand de la facilitation graphique pour les organisations est la capacité à donner d’un sujet une représentation globale. En effet, la communication dans un format séquencé comme le diaporama où une image remplace une autre image, ne permet pas la constitution d’une vision d’ensemble. De même que l’expression d’une expertise pointue d’un sujet ne permet pas non plus d’en avoir une vision large (même si elle est intéressante). Mais les entreprises ont besoin pour agir, mettre en perspective des projets, définir une stratégie, expliquer une démarche… de donner une vision d’ensemble large, ce que permet la facilitation graphique. Troisième point donc : la facilitation graphique donne une vision d’ensemble des sujets et c’est un atout majeur pour les organisations, qui en manquent.

Certaines entreprises dispensent des formations internes au sketchnote, pour développer chez leurs salariés des compétences proches de la facilitation graphique, les inviter à utiliser le dessin dans leur communication, et suscitent en leur sein, des carrières de facilitateurs graphiques à temps plein.

La facilitation graphique permet d’appréhender les sujets complexes

En effet, grâce à sa capacité à architecturer l’information, la facilitation graphique offre une lecture des sujets complexes (à condition que la structuration d’ensemble soit bien visible et ait été explicitée) qui en facilite l’appropriation.

La facilitation graphique facilite l’engagement et l’attention

Avez-vous vécu des réunions où l’animateur présente un powerpoint couvert d’écrits pendant que chacun lit ses mails ? Si oui, vous avez pu mesurer à quel point ce type de réunion suscite peu d’engagement. La facilitation graphique sert à produire l’effet inverse. Les participants voient leurs idées se matérialiser visuellement, ce qui focalise leur attention.

La facilitation graphique permet de casser les silos.

Dans les organisations, les expertises diverses créent parfois des silos (fonctionnement entre experts d’un même sujet) Utiliser la combinaison mots-images permet de créer un langage commun au-delà des jargons propres à chaque activité. Car, les mots ne veulent pas dire la même chose pour tous. C’est pourquoi représenter des mots combinés aux images permet de préciser l’idée, rendre plus claire la pensée de chacun et de rendre explicites les connaissances échangées entre les participants.

La facilitation graphique stimule la capacité à innover

Dans le contexte de marchés de plus en plus concurrentiels, les entreprises ont besoin de se différencier en innovant régulièrement.

Dans le processus de transformation permanente des entreprises, le management en particulier, fait l’objet d’une mutation profonde. Les managers doivent changer d’outils et de méthodes. Dans ce cadre, compte tenu de sa rapidité d’utilisation, (le dessin) permet de tester une décision auprès des personnes concernées sans avoir à lancer un travail de réflexion chronophage et coûteux. Le brainstorming visuel et le scribing apparaissent ainsi au rang des outils d’animation de réunions et ateliers créatifs.

Magalie Le Gall, bibliothécaire à l’université Paris-Descartes explique l’intérêt des compétences dessinées pour développer la créativité, en particulier dans le cadre d’activités de design et de prototype : " Les storyboards illustrent l’utilisation d’un service sous une forme narrative ; les cartes d’empathie décrivent sous une forme synthétique ce que disent, pensent et ressentent des usagers ; les cartographies d’expériences matérialisent les différents points de contact dans un parcours utilisateur, etc. "

De plus, les organisations recourent à des méthodes de conception créative inspirées du design. Le Design thinking notamment, méthode associant économie de moyens et empathie. Le design thinking lui-même utilise parfois des outils de facilitation graphique car le dessin permet une expression plus complète que les mots seuls. Il traduit très bien, par des métaphores notamment, ce que les mots font moins bien : sentiments, émotions, impressions. De plus le dessin permet de renverser les habitudes sur lesquelles reposent souvent les décisions prises rapidement. Car il propose de nouvelles images, vecteurs de l’imagination et de la création de solutions.

La facilitation graphique développe la capacité à collaborer

Marina Pere, dirigeante de Heaven Nice Com, inventorie dans un article publié en mars 2020 dans Cadre et Dirigeant magazine les compétences apportées par la facilitation graphique dans le cadre de travail en collaboration : facilitation de la compréhension mutuelle, renforcement de l’efficacité de la démarche collaborative, meilleur engagement des salariés dans les problématiques débattues.

Elle évoque : la partie collaborative où les interactions de chacun vont prendre forme et couleur pour faire émerger des pistes collectives, accompagnées par des visuels engageants, qui reflèteront des idées, voire (et c’est un point de cohésion fort), des valeurs communes.  Puis, à propos de l’engagement des salariés :  La facilitation graphique (est) un outil de cohésion extrêmement puissant, puisqu’à travers le dessin qui se co-construit, chacun s’exprime, c’est un moment décloisonné, où les lignes hiérarchiques sont plus mobiles. Enfin :  (…) avec la facilitation graphique, les créatifs de l’équipe vont s’en donner à coeur joie et peut-être résoudre des problématiques que les plus analytiques n’avaient pas vues, une fois celles-ci mises en images.
L’entreprise Sodexo explique pour sa part comment des outils de management visuel utilisés dans l’entreprise permettent de renforcer la collaboration et le partage : Ce nouveau mode de management s’appuie sur le visuel avec le dessin, l’image et la symbolique (qui sont) des outils intéressants, à la fois ludiques et pédagogiques, très simples à mettre en place pour aussi bien entretenir l’organisation et la performance que pour conserver de bonnes relations humaines au sein de l’équipe (…)

Plus largement en quoi le dessin est-il utile aux organisations ?


Au delà des deux rôles spécifiques que remplit la facilitation graphique, le vocabulaire visuel et la structuration propre à la facilitation graphique peuvent être aussi utiles dans la réalisation de visuels au service des organisations (sans que ceux-ci relèvent spécifiquement de la facilitation graphique).

D'une manière générale, un facilitateur graphique est utile à chaque fois qu'il est important de donner une vision d'ensemble partageable et accessible d'un sujet.

Il peut par exemple :

  • formaliser des supports de formation ou d'information
  • présenter et assurer visuellement la promotion d'une démarche, d'une offre, d'un produit
  • communiquer autrement sur un sujet (de manière plus sensible et visuelle)
  • communiquer des idées complexes soit sur le fond, soit par le nombre d'informations qu'elles mobilisent en utilisant des métaphores appropriées
  • synthétiser une démarche globale (plan d'action, avancement d'un projet, ...) sous la forme visuelle
  • vulgariser et rendre partageable un long rapport d'expertise
  • aider à modéliser un produit ou service innovant en appui à une démarche de design thinking
  • cartographier des processus de travail, des parcours client ou métier

Autres articles sur la facilitation graphique pour aller plus loin :

La formation à la facilitation graphique

Différences entre facilitation graphique et d'autres disciplines

Nos derniers articles

Découvrez notre blog